Mise en place de google-drive-ocamlfuse

Je passe pas mal de temps à regarder les meilleures options pour coupler Google Drive à Plex, et je me suis heurté récemment à un problème par rapport à l'API de Google Drive en utilisant rClone. Lorsque Plex analyse les bibliothèques pour la première fois, il passe par rClone qui émet une requête à l'API. Cependant, lorsqu'on a énormément de médias (dans mon cas, 4,6 To), les requêtes se multiplient et le compte utilisé dépasse le quota ; quota remis à zéro toutes les 24 heures. Cela peut s'avérer problématique car Plex ne peut du coup indexer tout correctement en une fois. Ce souci est dû au fait que rClone ne garde pas en cache l'arborescence des fichiers, ce qui fait qu'il doit interroger Google en permanence, au lieu de simplement la télécharger une fois et s'y référer lors des accès, en faisant évidemment des mises à jour périodiquement ; comme si un livre n'avait pas de table des matières pour lister les chapitres. Bien que ce soit une évolution prévue dans la prochaine version de rClone (1.37), en attendant, j'ai préféré opter pour une autre solution afin de satisfaire également ma curiosité.

Au lieu d'utiliser donc rClone pour coupler mon Plex à Google Drive, je vais utiliser google-drive-ocamlfuse, que je vais abréger par la suite en GDO, qui remplit le même rôle mais qui ne fonctionne qu'avec Google Drive, là où rClone est nettement plus polyvalent.

Je pars du principe que vous êtes avec un compte utilisateur root ou en utilisateur standard ayant une élévation grâce à sudo en ce qui concerne les premières commandes. Mon serveur Plex fonctionne sur Debian Jessie mais l'installation est presque Plug'n'Play sur Ubuntu (ajout d'un repository au préalable, voir sur cette page).

1. Installation

Si l'application est disponible pour certaines distributions (Ubuntu, ArchLinux...), elle n'est pas disponible directement pour Debian. Il y a donc des manipulations à réaliser en plus. Ces manipulations ont été traduites directement depuis la page Wiki officielle du projet, je les ai quelque peu clarifiées en même temps.

Dans un premier temps, il faut installer entre autres les paquets CAML, fuse, puis également make puisqu'on va devoir compiler depuis la source de l'application.

apt-get install opam ocaml make fuse camlp4-extra build-essential pkg-config

Ensuite, si le groupe fuse n'existe pas déjà sur le système, il faut le créer et ajouter le compte qui lancera l'application. Pour ma part, je me sers d'un compte générique tout simple et non de mon compte utilisateur.

groupadd <username> fuse

Ensuite, sur le répertoire de fuse, on va appliquer les bonnes autorisations afin que l'utilisateur qui va lancer google-drive-ocamlfuse puisse utiliser fuse :

chown <username> /dev/fuse
chmod 660 /dev/fuse

Attention : on ne manquera pas d'exécuter les instructions suivantes avec l'utilisateur qui exécutera GDO.

Puis, on installe ce qui est nécessaire au téléchargement et à la complication de google-drive-ocamlfuse (opam est un gestionnaire de paquets ocaml). Tout comme ce qui est indiqué dans la manipulation, j'ai laissé les options par défaut et cela fonctionne très bien.

opam init (option par défaut : N)
opam update
opam install depext
eval `opam config env`
opam depext google-drive-ocamlfuse (si des paquets système manquent, ils seront installés)
opam install google-drive-ocamlfuse (valider l'installation des paquets ocaml, le make du paquet ocamlnet est plutôt long, c'est normal)

Et voilà, GDO est installé et prêt à être lancé !

2. Premier lancement et autorisation



Si la machine sur laquelle est installé GDO possède un navigateur web, alors le premier lancement et l'authentification auprès du compte Google est aisée.

Sinon - ce qui a été mon cas -, il faut obtenir des identifiants développeurs auprès de Google (il existe le même type d'identifiant sur Amazon, par exemple) et les renseigner dans l'application via le terminal.

En se rendant sur cette page, on s'identifie à son compte Google, puis on crée un projet auquel on donne un nom sans intérêt, puis on active l'API Drive, comme sur la capture d'écran :

Sur le site pour les développeurs de Google, il suffit d'aller sur le tableau de bord et d'activer l'API Google Drive

Puis, on va procéder à la création des identifiants dont on a besoin. Naturellement, quelques paramètres sont à choisir, mais rien de très complexe, au final on ne donnera qu'un nom qui apparaîtra sur la page d'authentification un peu plus tard :

On choisira ici "ID client OAuth" car notre application a besoin de pouvoir accéder au contenu du Drive

A la fin de la création, deux identifiants sont communiqués : un ID Client et un Secret Client. Il convient de les noter par exemple dans un notepad car on va en avoir besoin juste après.

De retour sur le terminal, on exécute l'application, avec quelques paramètres :

google-drive-ocamlfuse -headless -id <client ID>.apps.googleusercontent.com -secret <secret ID>

Une URL apparaît alors dans le terminal. On copie-colle cette URL dans un navigateur web (donc, sur une autre machine), et il suffit de se connecter à son compte Google et à valider... notre propre application à s'authentifier. Une fois que l'autorisation est donnée, un token apparaît - qui n'est valide que 15 minutes, il me semble. C'est ce token qu'attend GDO pour finir d'être initialisé. Une fois cette manipulation terminée, l'application à accès au Drive.

Il reste un point à noter : en cas de redémarrage du système, on ne pourra plus relancer l'application ; elle apparaîtra comme introuvable. Il faudra relancer l'instruction suivante pour "réanimer" OPAM :

eval `opam config env`

Si l'on est amené à redémarrer fréquemment le serveur, il est tout à fait possible de placer cette instruction dans un script qui sera exécuté au démarrage par exemple.

3. Configuration

Avant tout lancement, il convient de passer en revue le fichier de configuration afin de modifier ce qui doit l'être pour un bon fonctionnement, et dans mon cas, éviter de générer trop de requêtes à l'API afin d'éviter d'être de nouveau bloqué.

Le fichier de configuration se trouve dans le répertoire de l'utilisateur qui a installé l'application - d'où l'intérêt de ne pas le faire en root, mais avec le compte qui exploitera le Drive. Un éditeur de texte comme nano fera le job pour y accéder :

cd #
nano  .gdfuse/default/config

Je ne vais pas passer en revue toutes les options, cependant je vais parler de celles qui me paraissent les plus importantes ou intéressantes :

  • metadata_cache_time : intervalle de temps entre deux requêtes à Google pour voir si le contenu a changé.
  • read_only : comme son nom l'indique, cela permet de monter le Drive en lecteur seule. J'ai choisi cette option à true car je ne fais que de la lecture sur les fichiers.
  • download_docs : cette option permet de choisir si l'on veut télécharger ce qui est stocké sur Google Documents. Je l'ai passé à false dans une optique de limiter le trafic et les appels à l'API.
  • delete_forever_in_trash_folder : ce paramètre peut être dangereux si réglé sur true, car si les fichiers sont supprimés de la corbeille sur la machine, ils sont définitivement supprimés ; en étant sur false, l'application ne les supprime pas du Drive mais ne les affiche plus, il faut donc se connecter sur l'interface web pour les restaurer.
  • shared_with_me : affiche ou non dans un répertoire /shared les fichiers partagés depuis d'autres Drive.
  • max_download_speed, max_upload_speed : sans équivoque, permet de contrôler la bande passante.
  • max_cache_size : en Mo, il s'agit du cache local concernant les fichiers accédés. Plex permettant de diffuser des films, j'ai augmenté le cache par défaut de 512 Mo à 5 Go.

Quelques options dans le cadre d'une utilisation avec Plex sont intéressantes :

stream_large_files : par défaut sur false, cette option permet de choisir si le serveur garde en cache le fichier qui dépasse la limite choisie dans le paramètre large_file_threshold_mb. Je l'ai laissée à false afin de récupérer le fichier une fois pour toutes et minimiser le trafic depuis et vers le Drive en permanence.

A noter que si cette option est sur true, il est possible de régler le nombre et la taille des tampons grâce à memory_buffer_size et read_ahead_buffers (par défaut, 3 tampons de 1 Mo). On peut également limiter la consommation en RAM de ceux-ci avec max_memory_cache_size. A noter que les valeurs à exprimer sont en octets (réels, c'est-à-dire 1048576 pour 1 Mo).

Si besoin, il est possible de trouver toute la documentation avec toutes les options possibles sur cette page. Globalement, les paramètres par défaut sont plutôt satisfaisants et nécessitent que peu de réglages manuels.

4. Montage

Maintenant que tout est prêt, on va pouvoir passer au montage du Drive et à l'accès aux fichiers.

google-drive-ocamlfuse /home/test/media/

Si tout s'est bien passé, le montage est instantané et il n'y a aucun retour, il suffit de naviguer dans le répertoire monté pour accéder aux fichiers. Afin de démonter le Drive, il suffit d'appeler fuse avec cette commande :

fusermount -u /home/test/media/

Et voilà, on a couplé - avec tout de même un peu plus de difficulté qu'avec rClone - Google Drive et un système GNU/Linux.

Page Github de google-drive-ocamlfuse
Page d'accueil des API Google

J'ai testé Plex Cloud, ou l'accès à ses médias depuis n'importe quel appareil

Cela fait environ 3 ans que j'utilise Plex au quotidien. Plex est un serveur de médias comme Kodi (ex-XBMC). Il analyse les médias audio, vidéo et même image en les triant et en permettant une diffusion via internet ou le réseau local sur n'importe quel appareil équipé d'un navigateur web ou de l'application adéquate.

Si au départ, j'avais installé Plex sur une machine virtuelle avec 1 To de stockage, je suis arrivé au bout d'un moment plutôt à court d'espace. Je suis passé l'année dernière sur une solution de stockage sur OneDrive : étant abonné à Office 365, je possède 1 To en ligne sur les serveurs de Microsoft pour y stocker ce que je souhaite. Je me servais donc de l'espace pour y loger mes films et séries en sauvegarde, rapatriant ce que je regardais en temps voulu sur le serveur. Puis est arrivé Amazon Cloud Drive avec son stockage illimité à 70 euros à l'année. A l'aide d'outils comme acd_cli puis rClone (voir les deux billets précédents, ici et ), mon serveur Plex installé sur un système GNU/Linux lisait les médias stockés directement en ligne et non plus en local sur la même machine, ce qui m'enlevait l'épine du pied qui est le stockage local. Cependant, ces outils ont fini par être interdits par Amazon pour des raisons diverses, et j'ai donc dû trouver un workaround afin de pouvoir continuer de profiter de mon contenu multimédia en ligne sans avoir à stocker ces éléments sur la machine virtuelle.

Depuis quelques temps, Plex propose pour les abonnés à Plex Pass (un sorte de compte premium offrant des fonctionnalités supplémentaires) la fonction Plex Cloud. Dans un fonctionnement normal, Plex est installé sur une machine que vous possédez : l'encodage de la vidéo si nécessaire pour l'appareil de lecture et l'analyse de la bibliothèque est réalisé à partir des ressources de cette machine ; ressources demandées qui peuvent être élevées en cas de multiples lectures (3 lectures à décoder en 1080p, par exemple). Et là, le petit PC que l'on a recyclé en Plex ou le Raspberry Pi peuvent être un peu courts en termes de puissance CPU nécessaire. L'intérêt de Plex Cloud est de s'affranchir de cette nécessité d'avoir une machine de traitement chez soi ou loué chez un prestataire comme OVH par exemple, car ce sont les serveurs de Plex qui s'occupent du décodage et du traitement de la bibliothèque, ainsi que de l'acheminement réseau. J'ai donc basculé sur Plex Cloud il y a quelques jours, en connexion avec Google Drive.

Les points forts de Plex Cloud :

  • Le fait de ne plus avoir à se préoccuper des ressources CPU ou réseau du serveur Plex. Dans mon cas, mon serveur Plex était installé sur une machine virtuelle équipé de 4 vCPU (AMD Opteron 4334) et 4 Go de mémoire vive - ce qui permettait de tenir sans faiblir une utilisation de 2 ou 3 films décodés en 1080p pour des tablettes ou des appareils mobiles transmettant sur une Chromecast, par exemple.
  • L'intégration avec OneDrive, GoogleDrive ou Dropbox, en natif. Il n'est plus nécessaire d'utiliser des outils pour monter ces accès sur le disque, que ça soit sous Windows ou GNU/Linux. Il suffit de se connecter avec son compte sur l'interface de Plex Cloud afin que l'association se fasse, et ensuite, l'ajout des répertoires pour les diverses bibliothèques est naturel.
  • La fiabilité du système. Cela fait quelques jours que je me sers de Plex Cloud (un peu plus d'une semaine), et je n'ai rencontré aucun dysfonctionnement. La mise à jour des bibliothèques est plutôt rapide, la lecture des médias ne pose pas de problèmes, les temps d'accès plutôt faibles, et le débit correct, sans saccade ni coupure pour mettre en tampon, même en 1080p. Il est évident que cela n'est pas aussi rapide qu'avec un accès local, mais malgré tout les avance et retour rapides ne posent pas de soucis majeurs.
  • La possibilité de partager les bibliothèques Plex Cloud comme les bibliothèques d'un serveur standard. Encore une fois, cette possibilité permet une transparence d'utilisation et de fonctionnement identique à celle d'un serveur Plex standard installé sur une machine propre.
Les points faibles de Plex Cloud :
  • Plex Cloud nécessite un Plex Pass. Il s'agit d'un compte premium, que l'on peut prendre soit au mois, à l'année, ou à vie. Bien qu'il apporte des fonctionnalités plutôt intéressantes dans le cadre d'une utilisation nomade, en utilisation simple il n'a pas nécessairement d'intérêt. La fonctionnalité n'est pas gratuite, même si cela est compréhensible, la solution revient plus chère sur le papier que l'installation d'un serveur Plex sur une machine à la maison.
  • 3 connexion maximales possibles. Plex Cloud est limité à trois diffusions de médias ; même si cela est suffisant dans l'absolu, il n'est pas possible de faire lire toute la famille par exemple un média différent sur Plex Cloud, alors que cela est possible par exemple sur un serveur Plex standard (si bien sûr, les ressources CPU et réseau sont suffisantes).
  • Dépendance à la plateforme Plex et aux fournisseurs associés. Plutôt évident : si les serveurs de Plex rencontrent des difficultés, ou le fournisseur de Cloud auquel vous êtes rattaché, la diffusion peut être problématique.
  • 3 fournisseurs supportés pour l'instant : Google Drive, Dropbox et OneDrive. Même si ils sont les plus connus du marché, il est dommage que d'autres acteurs comme Amazon Drive (qui était présent en bêta mais qui a été retiré) ou Hubic ne soient pas disponibles.
  • Certains formats de sous-titres non reconnus. Certaines vidéos peuvent ne pas être lues si des sous-titres externes (format .srt) sont sélectionnés. Je n'ai pas rencontré ce cas de manière systématique, mais cela est arrivé, alors que la diffusion ne pose pas de problème avec un serveur Plex classique.
Pour ma part, j'ai choisi Google Drive comme espace de stockage. Si j'utilise actuellement Plex Cloud pour mes médias, j'attends que le transfert depuis Amazon Drive sur lequel était stocké mon contenu soit terminé afin de monter sur ma machine virtuelle Plex un accès à Google Drive avec rClone afin de pouvoir bénéficier, si défaillance de mon serveur ou de Plex Cloud, d'une infrastructure secondaire. De plus, cela me permettra d'avoir l'assurance de ne jamais être à court de ressources qu'elles soient réseau ou processeur pour profiter de mon contenu.

    Impossibilité de monter rClone avec Amazon Drive

    Pour faire suite au billet que j'ai posté quelques jours auparavant concernant la possibilité de monter Amazon Drive sur un système GNU/Linux grâce à rClone, je reviens sur deux erreurs que je rencontre depuis hier soir.

    Le code erreur 429 Too Many Requests renvoyé par l'API d'Amazon Cloud Drive indique que l'application dépasse le quota de requêtes qu'elle est autorisée à faire à l'API. Dans le cadre d'Amazon Cloud Drive - que je vais abréger ACD par la suite - les limites de requêtes à l'API ne sont pas faites par utilisateur, mais par application. Chaque application étant déclarée à ACD avec deux identifiants, ACD sait le nombre d'utilisateurs pour chaque application et étend le quota de requêtes en fonction de celui-ci. Cependant, comme pour acd_cli évoqué dans le précédent article, rClone semble malgré tout avoir dépassé les limites autorisées.

    Cette limite soudaine d'overquota pourrait s'expliquer par le fait que de nombreux utilisateurs d'acd_cli sont venus sur rClone suite au blocage d'acd_cli (qui à ce jour, ne fonctionne plus et affiche une erreur d'authentification). En réalité, comme l'indique le deuxième message 401 Unathorized, le problème n'est plus lié à un quelconque quota, mais à une mauvaise authentification. Une mauvaise authentification qui est due à ACD.

    En effet, il semblerait qu'ACD bloque petit à petit toutes les applications open-source sur Linux. La première étape passe par une très forte restriction du quota sur l'API, pour finir avec une pure interdiction de se connecter en bloquant les deux identifiants liés à l'application. Pour l'instant, le développeur de rClone a pris contact avec ACD mais sans retour positif.

    Il n'y a donc actuellement plus de moyen simple de connecter Amazon Cloud Drive à un système GNU/Linux en utilisant FUSE, ce qui permettait d'accéder à l'intégralité d'ACD sans avoir à avoir une copie locale des données (et donc, de nécessiter une capacité de stockage équivalente). Il existe des solutions sous Windows comme NetDrive que j'ai utilisé quelques temps, mais leur efficacité est moindre (volume de données qui transite bien plus élevé, souplesse moindre, temps de requête plus élevé). Pour ma part, je suis déjà en train de migrer mes 5 To de données sur un autre service en attendant d'acquérir un NAS et de tout rapatrier à la maison afin d'avoir un deuxième miroir au cas où.

    Thread sur le forum de rClone à propos des erreurs 429
    Thread sur le forum de rClone concernant son bannissement sur ACD

    Utilisation de rClone avec Amazon Drive

    Mise à jour du 18 mai 2017 : à partir de ce jour, Amazon Cloud Drive a décidé de bannir rClone des applications autorisées à se connecter à l'API, ce qui signifie qu'il n'est plus possible à ce jour d'utiliser rClone pour se connecter et accéder aux fichiers stockés sur un compte Amazon Cloud Drive. J'ai rédigé un billet concernant le dysfonctionnement en date du 19 mai 2017 (cliquez pour y accéder).

    J'utilise deux serveurs Plex pour mes séries, films, musiques et autres contenus multimédias, afin que je puisse y accéder depuis tous mes appareils sans perdre la continuité de ceux-ci. Le stockage est déporté sur Amazon Cloud Drive et non en local, pour sa capacité "illimitée" (en réalité, elle semble être de 100 To, ce qui laisse tout de même une marge plus qu'énorme). Cependant, afin que Plex puisse voir les fichiers d'Amazon Cloud Drive (abrégé ACD par la suite), il faut une application sur le système - non pas pour synchroniser les fichiers auquel cas le stockage en ligne est inutile - mais pour simuler leur présence afin que Plex puisse les détecter et y accéder si la lecture est demandée.

    Jusqu'à hier, j'utilisais une application nommée acd_cli. Cependant, depuis hier soir, elle ne semble plus fonctionner, car il semblerait que le quota de requêtes fixé par Amazon a été dépassé. En effet, Amazon applique un quota de requêtes par heure sur l'API en fonction du nombre d'utilisateurs d'une application donnée. Il y a plusieurs workarounds proposés par le développeur d'acd_cli mais j'ai préféré sauter sur l'occasion pour abandonner cette solution temporairement (elle est toujours installée sur le système, mais je ne monte plus ACD avec acd_cli) et passer sur rClone, qui fait exactement la même chose, mais qui peut fonctionner avec bien plus de fournisseurs de stockage en ligne.

    Je vais partir du principe que vous possédez déjà un système GNU/Linux Debian prêt à l'utilisation et que vous avez obtenu une élévations de droits, avec su ou en précédant les instructions de sudo. J'ai procédé à l'installation sur un serveur équipé de 4 vCPU, 4 Go de mémoire vive et avec un disque dur de 60 Go.

    1. Prérequis

    Tout d'abord, mettre à jour le système, puis installer FUSE ainsi que screen - si vous ne connaissez pas screen, il s'agit d'un outil permettant de simuler un terminal pour une application - puisqu'il nous sera utile lorsqu'on aura monté ACD avec rClone. rClone étant compressé au format zip, unzip sera nécessaire.

    apt-get update && apt-get dist-upgrade
    apt-get install fuse screen unzip

    2. Téléchargement et installation de rClone

    Le lien de la version peut évoluer avec le temps, mais un autre lien existe pour référence dans un script par exemple, il est possible d'utiliser l'un des deux liens, au choix (à noter qu'il est également possible d'installer rClone via git) :

    wget https://downloads.rclone.org/rclone-v1.36-linux-amd64.zip

    ou

    wget https://downloads.rclone.org/rclone-current-linux-amd64.zip

    Une fois que le fichier est récupéré, on va le décompresser (bien sûr, adapter le nom du fichier à la version récupérée, ou à current si vous avez pris le deuxième lien) :

    unzip rclone-v1.36-linux-amd64.zip

    On va se placer dans le répertoire extrait, puis copier le contenu vers /usr/sbin/rclone afin de pouvoir commencer à configurer l'application et à l'exécuter :

    cd rclone-v1.36-linux-amd64
    cp rclone /usr/sbin

    L'installation est terminée, il faut désormais configurer l'application.

    3. Configuration de rClone

    On peut lancer l'assistant de configuration en saisissant :

    rclone config

    Si cela ne marche pas (ce qui m'est arrivé avec un autre utilisateur que root...), il faut simplement rajouter /usr/sbin devant rclone :

    /usr/sbin/rclone config

    L'assistant apparaît, et c'est là qu'on va déclarer notre compte ACD. On créé donc un nouveau "remote". Plusieurs paramètres vont être à saisir, il faut être vigilant lors de cette partie sous peine d'avoir à reconfigurer le compte :

    • Le nom : dans cet exemple, je l'ai appelé amazondrive. Ce nom sera utilisé dans l'instruction permettant de monter ACD.
    • Le type de compte à monter : plusieurs choix sont disponibles, mais le "1" est Amazon Cloud Drive, il faut donc saisir 1.
    • Les Amazon Application Client ID et Client Secret sont utiles si vous êtes développeur Amazon et que vous utilisez votre propre application. Etant donné que rClone n'est pas votre propre application, les champs sont à laisser vides.
    • On refuse la configuration automatique : en effet, on a besoin d'une clé d'authentification qui permet de lier rClone à ACD : clé qu'on récupère lorsqu'on s'identifie sur ACD et qu'on autorise rClone à lire et écrire sur ACD, lors de l'étape suivante.
    L'étape qui consiste à récupérer la clé d'authentification peut être un peu plus chiante si vous n'avez pas d'environnement graphique sur le serveur sur lequel vous installez rClone.

    Si vous avez un environnement graphique avec un navigateur web : ouvrez un terminal avec le même utilisateur que vous avez utilisé jusqu'ici, puis saisissez : rclone authorize amazon cloud drive.
    Si vous n'avez pas d'environnement graphique : répétez la procédure d'installation de rClone sur un système Windows, GNU/Linux ou encore OS X, mais sans la configuration. Saisissez simplement rclone authorize amazon cloud drive.
    Dans les deux cas, une fenêtre de navigateur va s'ouvrir, avec un prompt d'identification. On va donc saisir l'identifiant et le mot de passe du compte ACD, et autoriser rClone à accéder à ACD. Une fois que la manipulation est faite, la fenêtre va afficher un "Success" et la clé sera affichée dans le terminal. Il est possible de la copier-coller temporairement dans un fichier texte, mais il faudra surtout la coller une fois que l'assistant de configuration le demande, c'est-à-dire, juste après avoir demandé de saisir "rclone authorize amazon cloud drive". Il est très important de prendre toute la clé, c'est-à-dire accolades comprises.
    Il ne reste plus qu'à confirmer la clé, et la configuration est terminée. rClone peut se connecter à ACD sans problèmes, il ne reste plus qu'à monter ACD.

    4. Montage d'ACD

    Il est nécessaire d'avoir un répertoire vide dans lequel on va monter ACD. Dans cet exemple, on va lancer rCloud avec l'utilisateur amazon, on va donc monter ACD dans son répertoire personnel :
    rclone mount amazondrive: /home/amazon/
    Le problème, c'est que rClone occupe le terminal. Ce qui peut être gênant si il n'est pas possible de laisser le terminal SSH ouvert par exemple. C'est pourquoi on va utiliser screen qui va nous permettre de simuler un terminal pour rClone afin qu'on puisse quand même couper la connexion SSH sans pour autant tuer le processus rClone.
    On créé le nouveau terminal, que l'on va nommer rcloneacd :
    screen -S rcloneacd
    Une fois dans ce screen - lorsque l'on a validé la commande précédente - on peut donc saisir de nouveau la commande de montage. Attention, il n'est pas possible sans workaround de créer un screen si vous avez utilisé une élévation de droits ou un changement d'utilisateurs avec su. Il faut donc lancer le screen en tant qu'utilisateur simple et ensuite effectuer une élévation de droits si besoin, dans le screen. Lorsque rClone est lancé et le partage monté, il suffit de presser CTRL+A puis D pour quitter le screen sans le fermer.
    Il est possible d'y accéder de nouveau au terminal exécutant rClone en saisissant cette commande :
    screen -R rcloneacd

    Enfin, pour démonter ACD :

    fusermount -u /home/amazon

    Normalement, le répertoire /home/amazon/ contient tous les fichiers de votre ACD, mais virtuellement. Cela signifie que grâce à FUSE, votre système voit les fichiers comme si ils étaient présents, et une bonne majorité d'applications sont également bernées. En cas d'accès en lecture ou en écriture, rClone se charge de télécharger les données, et FUSE de les rendre exploitable comme si ils étaient disponibles sur un système de fichiers standard.